Jic4

 

Lettre à JLM

 

Je ne suis pas un dévôt, et tu n'es pas le Messie. L'évangéliste c'est l'autre, le boni-menteur d'opérette. Il n'a qu'un atout à mes yeux ce Jésus, il pratique la savate Boxe Française...mais ça ne suffira pas à recueillir mon suffrage.

Alors, cher Jean-Luc, les insoumis et leur programme t'ont porté sur le perron du pouvoir et on a bien cru que le changement c'était maintenant.

Tout le monde médiatique que ton talent oratoire affolait la semaine dernière au point de multiplier les savonnages de planche, tous ou presque tous font désormais mine de te regretter...pour mieux nous enterrer.

Je ne suis qu'un insoumis du dernier trimestre, quand d'autres y travaillent depuis plusieurs années, mais l'insoumission balise toute mon existence.

Et je sais la douleur, la colère et la frustration de ne pas réussir à se qualifier. Je partage ton amertume et comprends ta posture.

Par mon vote blanc je signifie être prêt à prendre le risque du fascisme car le combat à venir n'en sera que plus glorieux. À quoi bon repousser l'échéance ?

Ils en veulent de la haine et du émpris ?...laissons leur y goûter et affutons nos armes !

Tu rêvais d'une nouvelle république sociale et populaire acquise et mijotée dans la douceur de la démocratie ascendante. Moi, je crois depuis toujours que seule la révolution populaire, peut dans le bruit et la fureur, apporter des jours heureux.

Mais aussi par pacifisme, je veux que les armes soient des mots, que la révolution émerge des débats et des votes, que le bruit devienne musique et la fureur de vivre.

 

Ce message trop long pour me permettre enfin une opinion profane.

Dans le cadre de la 5ème république, seule l'opposition parlementaire peut encore nous donner l'espoir de renverser le vieux monde.

Macron doit être pieds et poings liés par une majorité de gauche puissante et unie. Aujourd'hui, le front de gauche doit revenir partout et se reconstituer sous la bannière France Insoumise.

Si un communiste, si un socialiste, si un écologiste, si une femme ou un homme qui se reconnaît dans l'Avenir en Commun, dans la lutte antifasciste et dans l'opposition au libéralisme est en mesure de gagner un poste de député, alors à bas les égos ! On place le meilleur cheval et les autres à son service.

Le but c'est le chemin et être député ne sert à rien si ce n'est pour servir une cause supérieure, un projet collectif.

Nous soutiendrons celui qui sera le plus en mesure de l'emporter et si tout va bien, la révolution sera au bout de la cohabitation à venir.

Avec Jospin on y a cru...il manquait juste l'envie de renverser la 5ème. Il faut aller plus loin cette fois.

Je ferai ma part.